You are currently viewing Différences entre frugalisme et minimalisme

Différences entre frugalisme et minimalisme

Accueil » Indépendance financière » Différences entre frugalisme et minimalisme

Beaucoup de personnes se demandent aujourd’hui quelles sont les différences entre le minimalisme et le fait de devenir frugaliste.

Si ces deux concepts permettent de simplifier sa vie en se passant des choses inutiles et de l’accumulation, ils recèlent des divergences profondes que nous allons humblement tenter de présenter dans cet article.

Vous lisez un article invité de Jérémie Brygo, auteur du livre “Un salaire sans rien faire (ou presque)” aux éditions Robert Laffont et responsable du site https://www.lefrugalisme.com/

frugalisme minimalisme jeremie brygo

Cet article est destiné à des fins d’information seulement. L’utilisation des instructions, opinions, produits ou services contenus dans cet article ne garantit aucunement la réussite de votre entreprise ou des gains financiers. Ces éléments reflètent les recherches et les expérimentations menées par l’auteur ainsi que des idées de tierces personnes. Les lecteurs de cet article sont invités à faire leur propre analyse lorsqu’il s’agit de prendre des décisions d’affaires. Tous les renseignements, produits et services qui figurent dans cet article doivent être vérifiés de façon indépendante par vos propres professionnels qualifiés. En lisant cet article, vous reconnaissez que l’auteur ne pourra pas être tenu responsable du succès ou de l’échec de vos décisions commerciales relatives aux informations présentées dans cet article

Qu’est-ce que le frugalisme ?

Le frugalisme consiste à économiser de l’argent au quotidien et à augmenter les revenus de ses placements pour gagner de l’argent et atteindre la Liberté financière. L’objectif est donc simple :

Investir le plus possible pour que les rentes de vos épargnes compensent votre besoin de liquidité (que vous aurez pris soin de réduire au maximum par un changement de style de vie).

Les frugalistes adoptent ainsi un état d’esprit qui leur permet d’être heureux, car moins dépendant de leur emploi salarié. Ils sont amoureux de la liberté, mais aussi de la nature parce qu’ils refusent de se définir à l’aune de leurs possessions. Leur but est de profiter du temps qui passe puisqu’ils ont compris que chaque instant de notre existence est précieux et ne repassera pas deux fois. Ils mettent en œuvre des stratégies d’investissement dans l’immobilier locatif à haut rendement, la bourse, les ETF (Exchange Traded Funds) pour faire travailler leurs fonds à leur place et devenir indépendant financièrement.

Il y a à mon sens un aspect essentiel dans le frugalisme qui consiste à adopter un mode de vie écolo en réduisant sa production de déchets, mais aussi en privilégiant l’achat d’objets d’occasion et de seconde main pour économiser plus d’argent.

Qui sont les frugalistes ?

Les adeptes du frugalisme sont avant tout des personnes qui veulent vivre leur vie à 100 % sans dépendre d’un employeur.

Ils ne souhaitent pas souffrir et mettent en œuvre des techniques d’investissement qui vont leur permettre de gagner leur indépendance financière. Ils commencent toujours par se payer en premier, c’est-à-dire à épargner au minimum 10% de leur revenu en début de mois, dès qu’ils perçoivent leur salaire ou leurs allocations.

Ils s’engagent dans une démarche favorisant la protection de l’environnement, car ils considèrent que notre bien commun est fragile, et que nos ressources doivent être protégées. À l’origine de cette démarche, il y a un ras-le-bol de notre société consumériste, une envie profonde de s’échapper de ce qu’on appelle le « rat race », la « course des rats » ou encore « la foire d’empoigne » telle que présentée par Robert Kiyosaki dans son célèbre livre « Père riche, père pauvre ».

Lire plus : Comment sortir de la Rat Race et gagner sa liberté financière

D’autres ont vécu une souffrance professionnelle comme un burn-out et cherchent par tous les moyens à se protéger pour passer plus de temps avec leur famille ainsi qu’avec ceux qu’ils aiment. Ils ne veulent pas devenir les énièmes victimes d’une mondialisation folle dans laquelle la place de l’humain se résume à celle d’une ressource pour l’entreprise.

La crise financière post covid ainsi que l’inflation tendent à durcir encore un peu plus la situation avec des emplois de plus en plus précaires et une souffrance réelle de nombreux salariés.

Certains rêvent en revanche de prendre leur retraite à 40 ans, vivre au bord d’une plage de sable fin et de cocotiers. Un rêve qui n’est pas inaccessible pour peu que l’on décide d’investir dans sa propre formation.

Mais la vérité, c’est que l’immense majorité des frugalistes souhaite se mettre en sécurité en ne dépendant pas seulement de leur emploi comme unique source de revenus.

C’est le sujet du site https://www.lefrugalisme.com/ sur lequel vous trouverez : un ensemble de ressources pour vivre mieux avec moins, faire des milliers d’euros d’économies sans vous priver et apprendre à investir pour faire travailler votre argent à votre place au lieu de juste échanger votre vie pour du fric. Vous y trouverez même un guide des techniques frugalistes qui est gratuit et grâce auquel vous ferez des milliers d’euros d’économies sans vous priver.

Comment devenir minimaliste ?

Le minimalisme consiste à vivre mieux avec peu. Il s’articule autour de 3 concepts : refuser ce dont on n’a pas besoin, réduire notre consommation, réutiliser le plus possible.

Les minimalistes font le choix de ne garder que l’essentiel et de se passer de superflu. Ils se débarrassent des choses inutiles pour vivre une vie plus simple. Le mouvement minimaliste prône le retour vers la simplicité. Les adeptes du minimalisme ne cherchent pas à devenir riches, mais plutôt à s’engager dans une démarche qui les incite à réduire autant que possible leurs possessions.

Le minimalisme commence souvent par désencombrer les placards de la maison et se défaire d’un grand nombre de possessions. Certains blogueurs comme Marie Kondo (autrice du livre « la magie du rangement »), ou Béa Johnson, ou même The minimalists produisent de nombreuses vidéos et podcasts sur le sujet qui suscite un engouement grandissant.

Il faut donc commencer par faire le tri dans sa garde-robe et arrêter d’accumuler des objets inutiles qui viennent encombrer votre quotidien tout comme votre esprit.

Le minimalisme revient à consommer peu, à en faire plus avec moins.

Les objets dont vous souhaitez vous débarrasser pourront être revendus. Mener une vie simple, en devenant adepte de la sobriété volontaire, permet à la fois d’être plus zen et de se tenir loin de la surconsommation. Un style de vie minimaliste revient à vivre plus simplement en commençant par un sérieux désencombrement du dressing pour alléger ses possessions et ne garder que l’essentiel dans la maison.

Une maison minimaliste est une maison épurée, dans laquelle chaque objet utile est bien rangé. Un intérieur au design minimaliste se doit d’être désencombré (le désencombrement est une des bases du minimalisme).

Les minimalistes sont au fond des personnes comme les autres, qui n’aiment pas voir s’encombrer les placards, la maison et l’esprit avec des choses matérielles qui ne leur procurent ni joie ni utilité. Ils n’hésitent pas à vider, revendre, donner aux œuvres de charité. Ils améliorent ainsi leur quotidien tout en ayant un impact positif sur la société.

Un véritable choix de simplicité de vie.

Quelles sont les différences entre le frugalisme et le minimalisme ?

Le frugalisme invite à profiter du temps qui passe tout en vivant en dessous de ses moyens. L’idée même de privation ne peut en aucun cas y avoir sa place.

Le frugalisme comme le minimalisme passent souvent par une prise de conscience, un véritable déclic qui nous pousse à ne posséder que des objets qui nous sont utiles et que l’on aime.

En revanche, une des grandes différences entre les frugalistes et minimalistes tient au fait que les minimalistes ne sont pas nécessairement des investisseurs. Les frugalistes veulent quant-à-eux que chaque euro qu’ils possèdent travaille à leur place pour générer un maximum de valeur. Toutefois, ils ne sont pas dépourvus d’éthique et préfèrent placer leurs économies dans des produits d’investissements qui restent en accord avec leurs valeurs morales. Être investisseur ne signifie pas financier l’industrie du jeu, du tabac, du pétrole ou de l’armement…

Les frugalistes sont fréquemment minimalistes pour atteindre leur objectif d’indépendance financière et de retraite anticipée. Le zéro déchet fait bien sûr partie de leurs priorités, car ils souhaitent s’éloigner du diktat de la société de consommation.

L’objectif premier des minimalistes n’est pas de faire des économies, mais de vivre avec peu, de réduire leurs possessions qui s’apparentent à autant d’attaches, de freins qui les empêchent d’avancer et de s’épanouir dans leur vie.

Économiser des liquidités s’avère donc être au fond une conséquence plutôt qu’une motivation.

En revanche, pour les adeptes du frugalisme, faire des économies d’argent est une évidence, car ils doivent réduire leur train de vie, diminuer leurs dépenses de nourriture, d’alimentation, de transport, mais aussi de loisirs tout en plaçant leurs revenus le plus possible et faire travailler leur épargne.

Pour autant, ils refusent de se priver. En effet, nous connaissons tous des personnes qui se sont privées toute leur vie et qui malheureusement arrivées à l’âge de la retraite tombent malades et n’ont pas la chance d’en profiter. Le but n’est ainsi pas de se restreindre au point de manquer et de ressentir une forme de frustration, mais au contraire de trouver la bonne mesure au quotidien tout en vivant en dessous de ses moyens.

Au fond, le secret de la richesse est assez simple, il faut gagner plus d’argent que l’on en dépense.

Frugalisme et minimalisme : économiser sans se priver ?

Les différences entre frugalisme et minimalisme sont nombreuses, mais bien souvent les uns et les autres cherchent à économiser de l’argent. Cela ne signifie pas qu’ils sont pingres ou radins, mais tout simplement qu’ils veulent moins dépenser, pour mieux investir.

Pour vivre en dessous de ses moyens sans se priver, inutile de faire des économies de bouts de chandelles. Il convient de se focaliser en premier sur les 3 principales sources de dépenses des ménages, à savoir:

  • le budget alimentation,
  • le budget logement,
  • et enfin le budget transport.

Quelques décisions radicales peuvent vous permettre d’améliorer votre quotidien et l’état de votre portefeuille. C’est votre banquier qui va être content !

Pour faire des économies d’alimentation, commencez par cuisiner le plus possible ce que vous mangez et évitez les restaurants. Faites plutôt vos courses dans les enseignes discount et lorsqu’il y a des promotions, achetez en grande quantité pour ensuite les stocker. Cette attitude ne semble pas s’inscrire dans une démarche minimaliste, mais vous verrez qu’elle sera fort utile pour dépenser moins d’argent au supermarché. Évitez les plats préparés et choisissez des aliments de saison. Ces conseils peuvent paraître basiques, mais si vous les mettez vraiment en application, alors vous réduirez radicalement vos dépenses alimentaires.

En ce qui concerne la maison, vous pourriez décider d’habiter un logement moins cher, mieux isolé et plus proche de votre lieu de travail. Vous y gagnerez sur tous les tableaux en faisant des économies d’essence et de loyer. Il faut aussi se concentrer sur les modes de chauffage et les déperditions énergétiques.

Pour votre véhicule, avant même de vouloir en racheter un, essayez d’utiliser moins souvent votre voiture, levez le pied lorsque vous conduisez pour faire des économies de carburant et pensez à respecter scrupuleusement les recommandations d’entretiens indiquées dans le carnet du véhicule. Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir cette vidéo dans laquelle vous trouverez 60 astuces pour faire des économies dès maintenant.

Si vous vous intéressez à la liberté financière, vous devriez consulter la chaine Frugalisme et Liberté Financière. Vous y découvrirez des vidéos avec des conseilles pour économiser des milliers d’euros, investir intelligemment votre argent et adopter un mode de vie minimaliste sans faire de compromis.

💰 ÉCONOMISER ► 60 Astuces ► Prendre sa vie en main 💰 FRUGALISME

Conclusion

Au fond, une des différences fondamentales entre le frugalisme et le minimalisme tient au fait que les motivations des uns et des autres sont généralement différentes.

Les frugalistes veulent vivre l’instant présent en étant libres de ne plus échanger leur temps pour de l’argent. Les minimalistes feront tout pour réduire leurs possessions au maximum afin de simplifier leur quotidien. Les frugalistes considèrent que s’engager dans une démarche tendant à favoriser la protection de l’environnement est devenue une priorité incontournable. Malheureusement, chez les promoteurs du mouvement minimaliste, à l’instar de Marie Kondo ou de The minimalists (Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus), la question écologique ne fait pas partie de leurs priorités affichées. Ils trouvent une forme d’épanouissement en réduisant au maximum leurs possessions matérielles.

Les frugalistes sont très fréquemment minimalistes, car les techniques mises en œuvre chez les minimalistes leur permettent de simplifier leur quotidien, de faire de fortes économies, tout en vivant en dessous de leurs moyens.

Adopter un mode de vie privilégiant la simplicité m’a permis de faire tenir l’essentiel de ma vie dans une simple valise. Pour y parvenir, il a fallu trier ma vie et apprendre à vivre simplement au quotidien.

Jérémie Brygo

En résumé, on pourrait dire qu’être, ce n’est pas avoir. Nous valons mieux que cela et à titre personnel, je me sentirais humilié d’être aimé pour ce que je possède plutôt que pour ce que je suis, ce que je fais et les actions qui sont les miennes.

Jérémie Brygo est à la fois père de famille, minimaliste, frugaliste et investisseur dans l’immobilier et la bourse. Il forme et accompagne ceux qui comme vous ne veulent plus échanger leur vie pour un salaire.
Vous trouverez dans toutes les librairies son livre “Un salaire sans rien faire (ou presque)” aux éditions Robert Laffont.

Laisser un commentaire